L’engagement RSE et la marque employeur

Dernière mise à jour : 7 oct. 2021

Avec Mathilde Callède VP People chez Shine



Mathilde Callède est VP People & Culture chez Shine depuis la création de l’entreprise, il y a un peu plus de 4 ans.


En tant que DRH, elle s’occupe du quotidien des 130 collaborateur.ice.s, de la mise en place de nouveaux process ou de la mise à jour de process existants, de la partie légale et de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises).


Officiellement fondée en janvier 2017 par Raphaël Simon et Nicolas Reboud, Shine a lancé son produit début 2018 : un compte professionnel en ligne conçu pour simplifier la vie administrative des petites entreprises et des indépendants via des outils comme la facturation.


Quand Mathilde a rejoint la startup, ils n’étaient que 5 ou 6. De formation en marketing et communication, elle a été embauchée en tant que Chief Community Officer.


Elle s’occupait de la communauté en interne et en externe, des réseaux sociaux, de la communication… Quand le produit a été lancé, elle est passée aux partenariats, tout en se formant aux RH au fur et à mesure.


Au bout d’un an et demi, elle a finalement été affectée à 100% à la fonction RH.


Aujourd’hui, elle est l’invitée du podcast Human Factor de Yaniro pour aborder le sujet de l'engagement RSE et de son impact sur la marque employeur.


L'importance de l’engagement RSE et de la marque employeur chez Shine


Mathilde est convaincue que l’état de la planète nécessite que l’entreprise, tout autant que les individus, joue un rôle dans sa protection.


On ne peut pas tout attendre de la part de l'Etat. Les individus ont aussi besoin d'être portés et je pense que l'entreprise est un bon médium pour “embarquer les foules” “, explique-t-elle.


Chez Shine, l’engagement RSE a été mis en place dès le début, mais pas du tout dans un objectif de marque employeur. L’idée était de construire une entreprise responsable en termes d’impact environnemental et sociétal car, au-delà du produit, c’est sur cette cohérence que repose le succès.


C'est comme ça qu'est venue l'envie de construire une politique RSE et d'avoir un engagement fort sur ces sujets-là.”, constate-t-elle.


L'engagement RSE est donc une volonté d'avoir de l'impact sur des métriques autres qu’économiques ou financières, ou de réduire un impact négatif comme une empreinte carbone trop élevée ou un mal-être au travail.


Comment mesurer ses progrès en RSE ? Les KPI


Certains indicateurs sont traqués au board de Shine :

  • La parité dans l'entreprise

  • La quantité de déchets produits au quotidien. Une entreprise partenaire récupère et valorise les déchets.

  • Le bilan carbone

La labellisation B Corp (Benefit Corporation)


Elle s’obtient après un long audit. B Corp fournit un outil en ligne gratuit : B Impact Assessment. Les employeurs peuvent s’y connecter et répondre au questionnaire pour avoir leur score. Même s’ils ne veulent pas être labellisés, ils peuvent se donner comme objectif de refaire régulièrement ce questionnaire et d'améliorer leur résultat.


Shine et ses premiers engagements RSE


Mathilde précise qu’ils n’ont pas tout inventé et se sont surtout inspirés de démarches menées dans d’autres entreprises.


Etape 1 : le congé second parent


La chose la simple que Mathilde ait faite au niveau sociétal a été d’allonger le congé paternité (appelé “congé second parent” chez Shine pour qu'il soit inclusif). Pour cela, il lui a suffi d’envoyer un mail à tous les salariés pour les informer que le congé était allongé.


En effet, en 2018, le congé paternité de l'Etat ne durait que 11 jours calendaires. Shine l’a passé à 5 semaines en 2018, bien avant que l’Etat ne fasse de même, et enfin à 8 semaines en juillet 2021.


C’était très important pour la startup pour deux raisons :

  1. Pour lutter contre la discrimination à l'embauche des femmes sur lesquels pèse souvent le risque de grossesse

  2. Dans une politique d'épanouissement des salariés.Un salarié épanoui, c'est un salarié qui va rester plus longtemps, [...] qui va être plus performant. Ça rentre aussi dans l' équilibre vie pro/vie perso” avec des effets positifs sur son investissement.


Etape 2 : arrêter de prendre l’avion pour les événements d’entreprise


C'est facile à faire, parfois un peu plus long mais il est souvent possible de faire des réunions en visio.


Etape 3 : le bilan carbone


Un bilan carbone complet, c’est simple parce qu’on peut le faire réaliser par une autre entreprise. On peut ensuite le suivre dans ses KPI, repérer les plus gros postes de dépense énergétique et décider comment les réduire.


Shine a choisi de communiquer son bilan carbone pour montrer à d’autres entreprises leurs réussites mais aussi leurs difficultés. Cela permet de recevoir de l'aide, de se challenger et de s’améliorer.


Pour réaliser son bilan carbone, Mathilde conseille d'aller sur Climate Act, un collectif de plus de 300 entreprises, créé par Shine il y a quelques mois, qui se sont engagées à réaliser un bilan carbone et à le communiquer et à le réduire. On peut se connecter sur le site et avoir accès à la liste des prestataires recommandés par le collectif.


Comment modéliser le coût et l’impact d’une mesure de RSE ?


Comment calculer le coût d’une mesure comme l’allongement du congé second parent?

Mathilde affirme que ça n'a jamais été un sujet de discussion. Mais s’il fallait faire le calcul, sachant que Shine offre 3 semaines de plus que l’Etat, il faudrait faire la moyenne de trois semaines de salaire en tenant compte que le congé est rémunéré à 100%.


Le coût est franchement marginal par rapport à l'apport que c'est pour la boîte et pour la société”., constate la DRH.


Le “ROI” est d’autant plus difficile à calculer qu’il n’y a eu que 4 naissances depuis la mise en place de ce congé allongé. Mais Mathilde Callède tient à montrer que c'est faisable et que c'est facile : il n’est pas plus compliqué de prévoir un congé second parent que de prévoir un congé maternité. L’employeur est informé en avance, les équipes ont le temps de s’organiser et c’est même un peu plus court qu’un congé maternité (8 semaines contre 12).


De plus, c’est un cas de figure assez marginal dans la vie d’une startup.


L'engagement RSE à un niveau avancé

Freelancing et bénévolat


Shine a proposé assez tôt à tout son personnel un jour de freelancing ou de bénévolat par mois, en plus des RRT et des congés, sans réduction de salaire.


Pour cela, il a fallu “faire sauter des clauses d’exclusivité dans les contrats, pousser les gens à aller travailler ailleurs”.


C’est très enrichissant pour les salariés d'aller voir comment ça fonctionne ailleurs, de pouvoir monter ses projets personnels sur ce temps-là (c’est moins fatigant que d’y consacrer ses week-ends), d’avoir du temps pour du bénévolat… Cette mesure a été très bien accueillie et elle enrichit la créativité et l'équipe.


Ceux qui choisissent de faire du freelancing testent le produit Shine, ceux qui font du bénévolat peuvent choisir une entreprise à impact donc c'est un modèle assez vertueux.


Environ la moitié des collaborateur.ice.s de Shine profitent de cette possibilité mais beaucoup n’ont pas d’idée. C’est pourquoi Shine s'apprête à lancer un partenariat avec une entreprise qui soumet des projets bénévoles à impact RSE à des salariés.

  • Environ 30% des salariés font la même chose que ce qu'ils font déjà chez Shine (développeurs, designers) mais en freelance.

  • Une bonne partie travaillent sur des projets personnels. Certains ont même quitté Shine pour monter leur projet.

  • D’autres utilisent ce temps pour faire des choses qui n'ont rien à voir avec leur métier : photographe, traiteur, luthier…

Ce genre de possibilité permet aux nombreuses personnes qui ont des rêves de les réaliser sans pour autant quitter leur travail. Mathilde s’en réjouit.


Je pense qu'il faut que le monde du salariat évolue et s'adapte davantage parce que tu peux aussi avoir le projet de te lancer comme entrepreneur mais tu as peur [...] et ça te laisse l'opportunité de le tester sans pour autant te mettre en risque d'un point de vue financier”.


1% for the planet


D'un point de vue écologique, Shine reverse 1 % de son chiffre d'affaires à des associations qui œuvrent pour la préservation de l'environnement.


La mesure est plus impressionnante mais son coût est facile à calculer et sa mise en place assez facile.


La grille des salaires


La grille, je l’adore comme je la déteste parce que c'est un exercice difficile mais qui est indispensable”, affirme Mathilde Callède. Elle conseille de la faire dès le début, c'est beaucoup moins compliqué.


L’atout principal de la grille des salaires est la lutte contre les inégalités femmes-hommes liées à la négociation, qui est généralement un talent masculin. Elle évite beaucoup d'injustice au sein de l'entreprise, comme la moyenne de 20% d’écart de rémunération entre les hommes et les femmes.


La DRH de Shine a constaté que cet écart n’est pas lié au fait que les patrons pensent que les femmes travaillent moins bien mais au fait qu’elles ont tendance à se dévaloriser au moment de négocier leur rémunération. Il y a généralement un gros syndrome de l'imposteur inconscient chez les femmes.


Poser une grille de salaires résout le problème de manière très vertueuse.

Aujourd’hui, les offres d’emploi de Shine indiquent d’emblée le salaire.


Pour approfondir la question de la philosophie de rémunération en startup, référez-vous à l’épisode du Podcast de Yaniro avec Virgile Raingeard.


La fresque du climat


C'est une formation de 3 heures qui permet de sensibiliser très concrètement aux enjeux du réchauffement climatique et aux émissions carbone. Chez Shine, tous les salariés passent par la fresque du climat pendant leur onboarding.


On n'en sort pas indemne mais ça permet de prendre conscience et de se mettre en action pour protéger la Terre.


Cette mesure ne coûte à l’entreprise que du temps humain.


Comment valoriser son engagement RSE pour travailler sa marque employeur ?

Cause et conséquence


Une entreprise peut, comme le fait Shine, s'engager d’abord au niveau sociétal et environnemental puis communiquer ensuite sur son engagement, ce qui renforce sa marque employeur. A l’inverse, elle peut utiliser son engagement RSE comme levier pour augmenter son taux de recrutement.


Selon Mathilde Callède, les premiers porteurs de cette politique de RSE, ce sont les fondateurs de Shine et aujourd'hui, leur philosophie se diffuse de manière organique.


Il ne faut pas faire ça pour la marque employeur, soutient la DRH. Il faut le faire parce qu’on considère que c'est la bonne chose à faire”.


Elle conseille aussi d’aller au bout de la démarche. “Si on dit qu'on fait le bilan carbone, on le fait sur tous les volets, on le publie, on s'engage, on met des métriques justement pour le diminuer, sinon tu t'engages rapidement dans du greenwashing si tu fais ça pour juste attirer les gens”.


La démarche doit être sincère, authentique, convaincue. Elle ne doit pas être motivée par la communication ou par le besoin de recruter.


D’ailleurs, l’engagement de Shine attire naturellement les candidats en externe, tout comme il suscite l’approbation en interne.


L’importance de la communication


La VP People & Culture trouve qu’il est important d'être transparent, d'expliquer pourquoi on fait les choses et aussi de parler publiquement de ses échecs, par des blogs, des podcasts, qui permettent de s’améliorer et nourrissent la réflexion globale.


Parallèle entre RSE et growth


Il existe des parallèles évidents entre les sujets people et la growth (croissance) classique en startup. Autant on peut provoquer de la croissance de manière rapide mais peu élégante, en hackant des données par exemple (growth hacking); autant on peut allier le fond et la forme, le produit et le marketing, en essayant de faire le meilleur produit possible et de le présenter de la meilleure manière possible à son marché..


De même, en ce qui concerne les RH et l’engagement RSE, la question n'est pas “Comment travailler ma marque employeur ?” mais “Comment faire de mon entreprise une entreprise dans laquelle il fait bon travailler ?” et ensuite, il faut communiquer cette information au plus grand nombre possible de futurs collaborateur.ice.s.


Comment communiquer sur sa marque employeur?

Le blog


Chez Shine, ça a commencé par le blog, dans une logique de transmission et de challenge, puisqu’ils avaient eux-mêmes été inspirés par les blogs d’autres entreprises, comme Alan ou Buffer.


On publie, on s'expose et c'est comme ça qu'on se prend aussi des remarques et commentaires, donc l'outil du blog est vraiment très intéressant.”, commente Mathilde.


LinkedIn


On peut aussi en faire des posts sur LinkedIn. Les commentaires reçus challengent l’entreprise et l’aident à progresser. C’est précieux même si ce n’est pas toujours agréable.


Welcome To The Jungle


Au tout début, Shine avait une page sur Welcome To The Jungle, sur laquelle ils pouvaient mettre en avant leur engagement RSE via du texte et des vidéos.


Aujourd’hui, l’entreprise a une autre page carrière où elle est beaucoup plus libre de diffuser du contenu visible par les candidats.


A ce jour, la communication de la marque employeur de Shine est gérée principalement par Camille Goni, Head of Talent Acquisition.


Enfin, Mathilde ajoute “Ça finit par se savoir aussi de manière organique, les gens en parlent entre eux”. Elle cite l’exemple du jour de freelancing, initiative très peu répandue et qui a été largement relayée.


Le mot de la fin


S’il fallait donner un dernier conseil aux startups qui souhaitent développer leur RSE, ce serait de procéder par étapes (“baby steps”).


“Ne faites pas tout d'un coup, ça fait peur”, constate Mathilde. “Je pense que l'engagement de l'entreprise, on n'a jamais fini de le construire”.


Elle conseille de commencer avec ce qui a le plus de sens pour l’entreprise et ensuite ce qui semble le plus facile. Il faut en parler autour de soi, contacter d’autres entrepreneurs qui ont mis en place les mesures qu’on souhaite adopter et se nourrir de leurs expériences. Elle raconte qu’elle passe beaucoup de temps au téléphone, à écouter ou à lire.


“Surtout pas de panique, il ne faut pas tout lancer d'un coup, il faut le faire avec l'envie, avec le cœur et le faire jusqu'au bout, le faire correctement”, conclut-elle.


Au conseil de Mathilde, Alexis Eve ajoute, à l’intention des fondateur.ice.s qu’ils ont la responsabilité d’accorder de l’importance aux sujets de RSE sans quoi, automatiquement, leur entreprise peut vite devenir un endroit toxique dans lequel il ne fait pas bon travailler, sans même qu’ils s’en rendent compte.


Shine vient justement d'ouvrir un poste 100% dédié au sujet de la transition écologique, justement pour être sûr de ne jamais oublier ce sujet et de progresser en permanence.


Vous pouvez contacter Mathilde Callède sur LinkedIn ou par mail.


Les ressources recommandées par Mathilde :

  • Le podcast Canary Call de Perrine Grua. Elle y interviewe des personnes qui se sont “mises en marche” sur les sujets RSE dans leur entreprise. Mathilde trouve ce podcast inspirant et rassurant parce qu’on se rend compte que le sujet est énorme pour tout le monde.


ET MAINTENANT ? DÉCOUVRIR EN CONTINU LES MEILLEURES PRATIQUES RH


Pour découvrir tous les mercredis les pratiques RH des plus belles Startups et recevoir le résumé des apprentissage clé de nos podcasts directement sur votre boite mail il vous suffit de vous inscrire à notre Newsletter.


Nous ne spammons pas, promis !